Trois jours à travers l’Altiplano Bolivien!

Jour 1

C’est à 6 heures du matin que le réveil est fixé car aujourd’hui nous quittons le Chili pour la Bolivie. Le temps de remballer nos affaires, de casse-croûter vite fait et l’on se met en position d’attente.

À 8 heures un minibus vient nous chercher. On fait le tour de la ville pour ramasser d’autres voyageurs, on se dirige ensuite à la sortie de San Pedro pour remplir les formalités de sortie du pays.

45 minutes de route plus tard nous arrivons à la frontière Bolivienne. Celle-ci est située à 3700 mètres d’altitude et est fouettée par un vent bien froid ! La bonne nouvelle c’est que l’on aura droit à un deuxième petit-déjeuner qui aura le mérite de nous réchauffer un peu.OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous apprenons que nous ne serons que 4 dans le 4×4, accompagnés de Rimber notre chauffeur! On charge les sacs dans la voiture et c’est parti mon kiki !IMG_3367

La première journée sera sous le signe des hautes altitudes. On passera le cap des 4800 M au sommet de l’un des cols traversant les magnifiques et si purs paysages du sud Lipez.

La journée sera riche en rencontres : Lamas, Vigognes, Flamants roses et oiseaux en tous genres.

Les lagunes valent elles aussi leurs pesant de cacahuètes. Colorées, glacées par endroits, se mêlant magnifiquement avec les montagnes environnantes. Bref, on en a pris pleins les yeux.

previous arrow
next arrow
Slider

Un petit problème fera toutefois son apparition : Le mal d’altitude ! Cela peut arriver à partir de 2500 M, cela est dû à la raréfaction du taux d’oxygène dans l’air qui peut provoquer des symptômes du genre mal de tête, nausées, essoufflement etc.

Pour lutter contre ce fléau on a opté pour la feuille de coca, un remède naturel utilisé par les peuples vivant sur les hauteurs. Oui c’est vrai… c’est ce qui sert à fabriquer de la cocaïne, mais à notre décharge en l’état il s’agit juste d’une plante.

Nous passerons la nuit dans un refuge à 4300 M d’altitude. Celui-ci est très sommaire, et promet une nuit à la fraiche! 
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous sommes accueillis par Enrique, le fils de la famille qui tient le lieu. Le visage du petit garçon est déjà bien marqué par les rudes conditions de vie du coin!OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous passerons le début de soirée au coin du poêle à bois à jouer à la belote, avant de nous emmitoufler dans nos lits.

Jour 2

La nuit n’a pas été de tout repos pour notre petit groupe… 3° dans la chambre ça n’aide pas trop à dormir et, au moindre mouvement la respiration s’accélère : on a l’impression d’être en plein footing !

Au petit déjeuner nous aurons droit à des supers Pancakes au dulche de leche pour nous remettre de nos émotions.

Aujourd’hui on redescend un peu et les petits problèmes d’altitudes se font plus légers.

On passera devant un arbre de pierre sculpté par le vent, une lagune complètement gelée, des lamas peu farouches, une véritable tribu de flamants roses et un canyon bien impressionnant !

previous arrow
next arrow
Slider

La nuit ayant été assez difficile, on se reposera aussi un peu les yeux entre deux arrêts 😉OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le soir venu nous arriverons dans un hôtel de sel face au Salar d’Uyuni… une tradition dans le coin !

Ce sera encore l’occasion d’un repas bien copieux… et une bouteille de vin Bolivien !

Enfin sauf pour Hugues, qui sera à son tour touché par le mal d’altitude !

Jour 3

Le dernier jour ce sera la découverte du fameux Salar d’ Uyuni !

Il s’agit en fait d’un bout de plancher océanique qui, au fur et à mesure des mouvements de plaques tectoniques, s’est élevé jusqu’au 3800 M d’altitude où il se situe aujourd’hui. Il y reste donc tout le sel que contenait ce bout d’océan, l’eau s’étant évaporée.

Notre 1er arrêt sera l’île aux cactus. Cette « île » se situe en plein milieu du Salar est abrite, comme son nom l’indique, une multitude de cactus. Ce qui est vraiment surprenant c’est qu’arrivés en haut on a réellement l’impression d’être sur une île entourée de toute cette étendue blanche ! Nous assisterons au lever du soleil depuis celle-ci.

previous arrow
next arrow
Slider

On s’est ensuite dirigés vers un autre coin du Salar où nous nous sommes beaucoup amusés à faire des photos avec diverses perspectives plus folles les une que les autres comme vous pouvez le voir.

previous arrow
next arrow
Slider

Nous arriverons peu après au musée de sel…qui n’a rien d’exceptionnel, surtout si l’on a dormi dans un hôtel de sel la veille!

Sur le site se trouvent les drapeaux des pays étant passé dans le coin  et la statue érigée pour le Paris-Dakar de cette année.

L’heure de l’almuerzo arrivant, nous prendrons la direction d’une petite ville à proximité pour se sustenter. Au menu : Quinoa, légumes et viande de Lama ! Nous avons bien apprécié, et la comparerions peut-être à un mélange entre le boeuf et le mouton.

Nous finirons ces 3 jours par la visite d’un cimetière de train à vapeur !

Dans le début des années 1800 ceux-ci étaient utilisés pour l’acheminement de l’argent des mines de Potosi. Depuis 1944, les trains à essence les ont progressivement remplacés, ils ont été enlevés des rails de chemin de fer et laissés à l’abandon où le temps et la corrosion ont fait leurs offices donnant au lieu une atmosphère très « Steampunk ».

previous arrow
next arrow
Slider

Nous reprendrons la route direction Uyuni pour embarquer dans un bus direction Potosi.

Le mot de la fin :

On a adoré ces 3 jours de 4×4 et on ne peut que vous recommander la compagnie Patajcha. Demandez aussi s’il est possible d’avoir Rimber comme chauffeur. Il est très Pro, agréable et n’est vraiment pas avare d’explications en tous genres!OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Share Button

Related posts:

2 Des réflexions sur “Trois jours à travers l’Altiplano Bolivien!

  1. Eh ben dis donc vous n’avez pas du avoir bien chaud, avec en plus le mal de l’altitude …ça doit être un peu pénible mais quand on voit les images elle sont à la hauteur si je peux m’exprimer ainsi !
    Bravo pour vos trucages à l’opinel et aux chaussures …
    Encore Merci pour le partage .
    Bises
    François

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*