Sur la route du Gange

Après deux nuits à Agra, ville du célèbre Taj-Mahal, il est l’heure de reprendre la route. Notre chauffeur nous attend à 8h00 devant notre guesthouse. Nous allons aujourd’hui rallier Orchha, ancienne capitale du Maddya Pradesh, cette petite bourgade abrite des temples, et un fort très ancien (16ème siècle). Ce sera l’occasion pour nous de découvrir un autre visage de l’Inde, car on s’éloigne ici des villes très touristiques pour entrer dans une zone plus rurale.
Il y a 4h30 de route entre les deux villes. Cela passe vite, car tout estDSCF8811 fascinant à observer. Les célèbres camions « TATA » sont très colorés, et ornés de nombreux motifs ; les magnifiques saris des Indiennes, ou encore le paysage qui évolue devant nous sont autant de distractions. Nous en apprenons plus sur Babloo, notre chauffeur, il est originaire du nord de l’Inde, et a quitté sa famille pour travailler à Delhi.

La route vers Orchha, nous fait traverser de nombreux hameaux. Babloo nous dit qu’il y a une quinzaine d’année cette route était dangereuse, que ceux qui l’empruntaient se faisaient braquer.

Au détour d’une conversation, un scooter déboule de la droite devant nous, et contrairement à ce qu’on vous a dit dans l’article précédent, il est clair que ce coup-ci ça ne passera pas ! Nos pneus crissent sur le sol, et Boum le scooter nous tape sur l’aile avant droite. Pas de blessés (à noter qu’il n’y a pas de ceinture à l’arrière en Inde), Babloo parle en Hindi avec les deux jeunes mais ne sort pas tout de suite de la voiture. Tout le monde repart de son côté. On fait quelques centaines de mètres, et là seulement il sort pour constater les dégâts, l’aile est salement amochée. Il nous explique que tous les riverains seraient intervenus s’il avait fait des histoires, et qu’il valait mieux déguerpir dans ce genre de situation.

Orchha

C’est en début d’après midi qu’on arrive à notre hôtel. On y pose les affaires, et on part manger  un poulet Biryani dans un petit restaurant à côté. Pas mauvais, mais on est pas convaDSCF8720incus, on s’en tiendra au végétarien.

Nous partons alors à la découverte du bourg et prenons la direction du fort. Le fort d’Orchha est une enceinte qui renferme plusieurs somptueux palais. Sur le chemin, nous sommes agréablement surpris par le calme ambiant, avec peu de sollicitations, quelques regards intrigués, et beaucoup de Namaste, notre séjour ici s’annonce bien !

A l’entrée du fort, nous nous acquittons de la somme de 250rps/pers (+25 pour l’appareil photo), ce qui nous donne accès à l’ensemble des palais qui y sont présents. Trois gros singes nous attendent en haut des marches, tels les gardiens du temple. Fort heureusement nous n’avons rien entre les mains, car ceux ci n’avaient pas l’air commodes.

DSCF8760

Nous commençons par le premier palais le « Rajah Mahal » (1531-1539), c’est fou on se croirait dans un niveau de Uncharted ou Tomb raider ^^.

Nous passons un long moment à parcourir les nombreuses salles du palais, encore recouvertes pour certaines de peintures murales, racontant entre autre la légende du Ramayana. Nous sommes presque seuls à arpenter les méandres du lieu, et la nature avoisinante, nous fait nous imaginer dans une cité perdue.

Le second édifice, et un autre palais le « Jahanjir Mahal », érigé au début du 17ÈME Siècle. Encore plus beau que le premier, il allie le style Mogol et Hindou. Nous avons particulièrement aimé les nombreuses coupoles et clochetons qui le surplombent.             A noter : de nombreux frelons dans l édifice ! Take care !

La chaleur est étouffante, nous sommes trempés, et les bouteilles d’eau se vident vite ! Nous retournons un peu à l’auberge, et ne ressortons que sur la fin d’après midi, pour découvrir les autres temples disséminés dans la ville. Un petit marché a pris place dans les ruelles, et les locaux sont toujours aussi bienveillants.

DSCF8797

D’ailleurs, sur la place centrale, une jeune fille court vers nous et interpelle Justine, elle voudrait faire une photo avec elle. D’habitude c’est plutôt les locaux qui nous proposaient de les prendre en photo contre de l’argent… A Orchha, les choses sont définitivement plus simples et authentiques.

Varanasi

Le lendemain, départ à 8h00 pour Varanasi, ville sacrée pour les hindous où coule le Gange. Il nous faudra toute la journée pour rallier notre destination.

C’est ici que notre route se sépare avec Babloo, nous sommes ravis d’avoir fait sa connaissance. Après plusieurs jours passés ensemble, nous sommes un peu émus de nous séparer, il nous serre dans ses bras, et on s’échange nos coordonnées.

DSCF8814

En début de soirée nous trouvons un hôtel, près de Assi Ghât, il s’agit de celui qui se situe le plus au sud. Les petites ruelles sont bondées, la circulation, et même la marche s’avèrent difficiles ! Les vaches et les chiens errants sont partout, ils se nourrissent des détritus qui jonchent le sol.DSCF8710-001Notre hôtel se situe au fond d’une ruelle étroite, qui n’inspire guère au premier abord. Le gérant paraît un peu escroc, on arrive à lui soutirer difficilement 1200 roupilles les deux nuits (18 euros). La chambre est correcte, mais sans plus. On voit alors sur internet, que cet hôtel apparaît en ce moment en promotion, avec les petits déjeuners inclus. Ni une, ni deux, Hugues retourne le travailler au corps : le gérant ose même dire que ce n’est pas son hôtel… 😡  Il finira par accepter de rajouter les petits-déjeuners. Bon il devait l’avoir mauvaise, parce qu’on a eu un minuscule Chai (thé à la façon indienne, avec du lait, du sucre, de la cardamone), et un toast grillé.

Le soir on choisit de ne pas manger à notre hôtel, et on repart dans les ruelles. On trouve un petit resto bien sympa, avec vue sur la cuisine, tout est nickel. On choisit un « Indian thali» : un repas complet, comprenant généralement un petit Dal, un « mix vegetable », du riz, des chapatis ainsi qu’une sorte de yahourt. On a juste oublié de précisé : No spicy (c’est tout de même déjà bien épicé quand on dit ça). Pour le coup cela a beaucoup amusé la famille indienne qui mangeait à côté de nous.

DSCF8828On se lève à 6H00 le lendemain pour partir à la découverte des Ghâts (après avoir mangé notre frugal petit-dej 😉 ). On assiste alors à une séance de méditation collective sur les rives du Ganges. Puis aux fameuses ablutions, dans le fleuve qui ont pour but de se puDSCF8833rifier.

 

 

Pour la petite histoire, dans la religion Hindou, le corps n’est que l’enveloppe de l’âme, qui va alors se réincarner une fois la mort venue. Les actions passées définiraient la caste dans laquelle chacun se réincarne. Il est alors primordial de tout faire dans sa vie pour se rapprocher de l’état de pureté : pour avoir un bon Karma. Néanmoins, le souhait de chaque Hindou est d’arrêter ce cycle de réincarnation, puisque la vie n’est que souffrance, pour alors atteindre la « Moksha » (libération de l’âme, équivalent au Nirvana du bouddhisme). Mourir à Varanasi, permettrait d’atteindre la Moksha, c’est pourquoi cette ville est célèbre pour ces crémations sur le Gange. Beaucoup de vieillards, et de malades attendent sur les rives du fleuve. 

Deux Ghâts sont dédiés à ces crémations, on y trouve de nombreux marchands de DSCF8869bois, de différentes qualités. La famille du défunt observe un rituel très particulier. Il est bien entendu interdit de prendre des photos, il s’agit juste de bon sens. Nous ne nous sommes pas attardés dans ces ghâts, car nous ne nous y sentions pas forcément à l’aise.

Nous avons flâné plusieurs heures près du fleuve, et dans le quartier du Chowk. Il s’agit d’un quartier où s’entremêlent des dizaines de ruelles étroites, un vrai labyrinthe. On a vite fait de s’y perdre, les gens doivent y être habitués car on nous aiguillait sans que l’on demande quoi que ce soit.

Un vrai commerce s’organise autour du fleuve par rapport aux balades en bateau, on nous arrête régulièrement pour nous le proposer, celles ci ne nous inspiraient déjà guère au départ, et après tant de sollicitations, on a préféré rester sur la terre ferme 😉

Le soir venu, nous prenons place sur les ghâts pour voir le Puja. Il s’agit d’une cérémonie au cours de laquelle des Brahmanes (religieux Hindous), effectuent des gestes rituels, sur fond de chants sacrés, de tintements de cloches et où a lieu « l’offrande de la lumière au Gange ». Cette cérémonie débute vers 19h, lorsqu’il fait nuit. C’est alors une ambiance très particulière qui débute, avec le maniement de chandeliers enflammés associé au son des chants religieux.DSCF8792

On peut dire que c’est à Varanasi que nous avons pu prendre toute la mesure des croyances Hindouistes. Nous nous sommes réellement laissés bercer par cette atmosphère ésotérique.

 

Le lendemain nous entamerons notre périple pour entrer au Népal, entre train, bus et passage de frontière terrestre on ne vous en dit pas plus, ce sera l’objet du prochain article…

 Si tu as aimé cet article, n’hésites pas à le partager !! :mrgreen:

Bonus vidéo :

Share Button

10 Des réflexions sur “Sur la route du Gange

  1. bravo et gros baisers tendres.Hélas,le seul jour où je n’ai pas regardé mon mail,c’est le jour où tu m’as fixé le rendez-vous.Je ne recommencerai plus.Vos récits sont très agréables à lire et à voirMerci

  2. Merci pour vos nouvelles ! vous en avez plein les yeux …ce n’est Que le début …bonne route pour vos prochaines decouvertes ! À bientôt ,bisous ,faites nous encore rêver ,on aime ça !!!

  3. Coucou à vous deux!
    Je vois que voyage se passe bien! Votre article est très intéressant, j’en ai beaucoup appris sur l’hindouisme grâce à vous 🙂 bonne continuation et bonne route!!

  4. Votre article eSt très intéressant et vos photos sont très belles j’ai hâte de lire la suite de vos aventures en tout cas justine est très belle en sari elle devrait en porter plus souvent bon voyage à vous deux
    elise verney

    • Merci pour tes commentaires! Pour le sari, c’est pas évident à mettre en tous cas! Il fait 10m de long! On vous fait des gros bisous à tous les 4 <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*