Nos premiers pas en Inde

Ca y est nous y sommes ! Après un trajet de presque 20h en tout nous arrivons en Inde. Pays que nous savions difficile pour commencer, on ne s’attendait pas à autant de tracas le premier jour !

De l’aéroport, nous prenons la ligne de métro express, qui nous emmène en 20 minutes au centre de New Delhi (pour 120 roupies pour nous deux, soit un peu moins de 2 euros). De là nous avions pour but de rallier Pahar Gang, le quartier routard, qui se trouve très proche de la station de métro. Il est 9h30 du matin, on se dit qu’on va trouver facilement une auberge.

A la sortie de celui ci, il nous faut nous confronter d’un coup d’un seul à ce nouveau pays : se frayer un chemin pour traverser la route au milieu des rickshaws, des bus, des scooters qui klaxonnent de tous côtés. La forte odeur qui se dégage de ce lieu nous prend au nez, on avance, droit devant avec pour but de franchir la passerelle qui nous mènerait dans le quartier routard.

Mais là nous sommes arrêtés par un premier homme, qui nous dit que la passerelle est réservée aux Indiens, et que les étrangers doivent s’être inscrits à l’office du tourisme pour passer, et présenter un document. Nous sentonsIMG_20151009_110205 l’arnaque venir et nous continuons notre route. Plusieurs personnes nous tiennent les mêmes propos, le doute s’installe alors. Nous questionnons une policière en faction à la gare routière, qui nous confirme que nous devons nous rendre à l’office du tourisme.On ne réfléchit pas plus que ça et on monte dans un Rickshaw.

Nous avions lus dans notre guide que les faux offices du tourisme pullulent à Delhi, nous avons donc vite compris que le chauffeur ne nous emmenait pas là où il fallait. Nous avons perdu un temps phénoménal pour réussir à finalement arriver en début d’après midi dans le quartier routard tant espéré. L’autorisation était bien entendu une arnaque, et comme des gros débutants on s’est fait avoir ! Le système est tellement bien ficelé que tout le monde est de mèche… même les représentants de l’ordre.

Nous trouvons finalement un hôtel au cœur de Main bazar, pour 1000 roupilles (environs 15 euros) : il s’agit de l’ hôtel Hari Piorko. Nous comptions mettre moins, mais avec la fatigue, nous voulions quelque chose de correct.

Nouvelle déconvenue, nous voulions voir avec notre Guesthouse pour qu’elle effectue les réservations des trains pour les jours suivants. Hors nous aurions du anticiper, car tous les trains sont complets… Nous savions que c’était le risque sans réservation, mais nous comptions sur les quotas touristiques.

En effet, dans les trains en Inde il y a toujours quelques places réservées aux touristes. Nous nous rendons au bureau dédié à ces réservations, au premier étage de la gare de New Delhi. On nous confirme qu’il ne reste plus de place, et que d’une semaine à l’autre cela peut être très fluctuant. Ne voulant pas restés bloqués à Delhi, nous avons donc décidé de prendre une voiture avec chauffeur pour rallier Agra, Orchha et ensuite Varanasi (Bénarès). Le tarif est bien évidemment plus élevé, mais il faut bien avancer, et après toutes les déconvenues de la journée, nous avons très honnêtement choisi la facilité puisque nous pouvions voir tout ça directement avec notre hôtel.

Nous avons pu tout de même réserver le trajet Varanasi/Gorakhpur (dernière étape avant notre entrée au Népal) en train, en Sleeper Class (classe la plus économique).

Ouf ! Nous aurions été vraiment déçus de ne pas vivre cette expérience.

De Delhi à Agra

Le lendemain, nous sommes réveillés tôt par le tumulte ambiant, comme la veille on se balade un peu dans Delhi, et vers midi nous prenons la route vers Agra.

La circulation est dingue, on comprend vraiment pourquoi il n’est pas conseillé pour les touristes de conduire en Inde. Cela klaxonne sans cesse, déboule de droite, de gauche, se faufile entre les véhicules des uns et des autres. Et quand on croit que ça ne passera pas, ça passe miraculeusement.

Nous arrivons à Agra vers 15h. Nous avons encore du temps, on en profite pour aller voir le mausolée d’itimad-ud-Daulah, (plus couramment appelé le Baby Taj). Il s’agit du premier bâtiment Mogol entièrement bâti en marbre. Il est plus ancien que le Taj-Mahal (1622). L’entrée est de 100 roupies par personne (env 1.40 euros).

Il est très agréable de s’y balader, les jardins environnants sont habités par de nombreux singes et écureuils.

Le Taj-Mahal est fermé le vendredi (puisque c’est un site musulman). Nous avions néanmoins déjà très envie d’en avoir un aperçu.

Nous nous dirigeons donc vers la berge opposée afin d’avoir la vue avec le fleuve Yamuna en premier plan. Il y a une enceinte fermée ou il faut s’acquitter de la somme de 100 roupies/pers. Nous avions vu qu’il était possible de longer cette enceinte pour arriver sur la berge gratuitement. C’est l’option que nous avons choisie. Et là : Ouah ! ça y est il est devant nous…tellement beau !

cplAe+yDNdtfvRrhmXi6Nv5kY3rak1OC’est un rêve qui se réalise pour nous deux.

Le point de vue est sans doute moins avantageux qu’avec l’option payante, mais qu’importe, ça nous a encore plus donné envie de le voir le lendemain.

Après tout ça on se fait emmener à notre auberge, qui se trouve dans un petit quartier tranquille. La chambre est simple mais propre. Petit bonus : depuis le restaurant sur le toit on a une vue sur le TAJ. Il s’agit de Pyrenees Home stay : 1100 roupies/ 2nuits ( 8 €/nuit).

Ce soir là, nous avons dégusté un Dal (plat typiquement indien, composé de légumineuse, dans une sauce un peu épicée), accompagné d’une bonne bière ! Miam! Il fait près de 40° dehors, autant dire que la bière n’a pas fait long feu !

Visite du Taj-Mahal

Nous nous levons le lendemain à 5h00 pour pouvoir être présents à l’ouverture du Taj-Mahal. Le matin la luminosité est particulière et rend ce monument encore plus magique !

Avant d’aller au Taj, il faut d’acquitter de 750rps/pers (≈11euros), on vous donne alors des sur-chaussures et une bouteille d’eau. Puis il faut marcher un peu moins d’1km, afin d’arriver à la véritable entrée du mausolée. Là, vous serez fouillés, et les consignes sont assez strictes, notamment pas de vidéo du Taj, passé un certain seuil.

Après toutes ces formalités, nous entrons enfin, tout d’abord dans une belle allée, qui donne sur la majestueuse porte rouge, ornée de marbres blancs et noirs. Surmontée de 22 coupoles qui symboliseraient les 22 années qu’il aura fallu pour construire ce monument.

DSCF8619

Pour la petite histoire le Taj, a été bâti en 1631 par l’empereur Mogol Shah Jahan en mémoire de son épouse Mumtaz Mahal. Celle-ci est décédée en donnant naissance à leur 14ème enfant (oh my god !), fou de tristesse, il fît bâtir ce mausolée en son honneur.

Même s’il est à peine 6h30, il y a déjà du monde, n’oublions pas que le Taj accueille environ 15000 visiteurs/jour.

DSCF8638

Nous nous promenons dans les jardins, et mitraillons le bijou de marbre de photos ! Tout est absolument symétrique : le jardin, les coupoles, les minarets etc…

Nous entrons dans le Taj lui même (c’est là qu’il faut enfiler les sur-chaussures  😉  ), il est simplement composé d’une pièce centrale, où se trouve les « fausses sépultures » de l’empereur et de sa femme (puisque les vraies sont dans la crypte, qui n’est plus visitable).

Après plusieurs heures passées à flâner et admirer ce joyaux de l’architecture Mogol, nous décidons de nous diriger vers le fort rouge.

Visite de « fort rouge »

 Deuxième monument emblématique de Agra, cet imposant fort à l’enceinte en grès rouge, abrite entre autre des palais de marbre, une garnison toujours présente, et également des jardins.

L’entrée est de 250rps/pers (si vous avez visité le Taj le jour même, sinon s‘y ajoute 50rps de taxe).

Le fort a vu défiler quatre générations d’empereur, il a été construit en 1565.

L’empereur Mogol Shah Jahan, a d’ailleurs été emprisonné dans ces murs lorsque son fils le trahit pour prendre le pouvoir. De sa prison, il pouvait contempler le Taj-Mahal, érigé pour sa bien aimée.

Nous nous sommes baladés dans le fort jusqu’en fin de matinée. Il y avait nettement moins de monde qu’au Taj, et l’intérieur des différents palais de marbre offrait une fraicheur non négligeable !

                                    La suite au prochain article ….

                   (Si cet article t’as plu n’hésites pas à le partager :mrgreen: )

 NB: Le défis : danse des épaules devant le Taj, n’a pas pu être relevé, puisqu’il n’est pas possible de filmer après avoir passé un certain seuil. La famille Santos avait néanmoins émis le souhait d’avoir une photo de nous, nous embrassant devant le Taj, c’est fait :

DSCF8635

 

 

Share Button

Related posts:

12 Des réflexions sur “Nos premiers pas en Inde

  1. Magnifique! En plus de ces merveilleuses photos, vous nous faites découvrir l’histoire de ce lieu mythique! Bises à tous les deux

  2. Vous êtes beau !!! Et vos photos sont superbes !! C est génial de pouvoir partager cette aventure avec vous de cette façon !!! Et en plus vous apporter des notions d histoire !!! Merci pour ce partage et bonne continuation !!

  3. Il faut avouer que ça commence très fort !!! Merci de nous faire oublier la grisaille automnale… Ici on est loin des 40 ° ! Bravo pour les magnifiques photos !

  4. Merci à tous pour vos messages 🙂 on s’est dit que ce serait sympa de partager notre voyage de cette façon, et cela nous fera de beaux souvenirs au retour 😉

  5. Les photos et le compte rendu sont super ! On s’y croirait.
    Oui, attention à ne vous laissez pas enturbanner par les enturbannés !
    Bises.

  6. Pingback: De l’Inde au Népal : passage de la frontière terrestre | Arootstheworld

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*