La vallée de Kathmandu : Partie 2

Bhaktapur suite

DSCF9371Nous partons donc à la découverte de cette petite ville remplie d’histoire. Celle-ci est composée de plusieurs places, où trônes de magnifiques temples, ainsi que de nombreuses échoppes, et magasins : tourisme oblige.

Nous veillons bien entendu à ne pas trop nous approcher des différents postes de contrôles, car on le rappel nous avons resquillé pour entrer dans la ville !

Grâce à d’autres voyageurs dont nous suivions les aventures, nous savions qu’il était possible de déguster une spécialité locale : le King Curd ! Il s’agit d’une sorte de yaourt, présenté dans des petits pots en terre cuite. Il aurait été cependant difficile de pasDSC_0030ser à côté, tant on en voit la publicité à chaque coin de rue. La texture est vraiment crémeuse, et le tout est sucré juste ce qu’il faut, un vrai régal !

Nous continuerons de voir de nombreuses festivités autour de Dashain durant notre séjour. Outre les sacrifices d’animaux, c’est une célébration très joyeuse qui anime tout Bhaktapur au rythme des fanfares.

Nous avions pris l’habitude de manger le midi dans un petit stand de rue très prisé des locaux. On y mange de façon très raisonnable pour quelques centimes d’euro.

Après trois jours passés sur place, nous reprenons la route pour Kathmandu. Nous arrivons tout juste pour prendre le bus local. Il n’y a cependant plus de place à l’intérieur (celui-ci déborde littéralement) : nous monterons donc sur le toit ! Oui vous avez bien lu, sur le toit ! Une expérience qui nous titillait depuis un moment à force de voir les locaux voyager de cette façon ! Chose qu’on ne calcule pas lorsqu’on voyage à l‘intérieur, ce sont les arbres ou autres câbles électriques qu’il faut éviter ! Un vrai jeu d’arcade on vous dit!

GOPR0003

Patan

Nous reprenons nos quartiers dans le même hôtel à Kathmandu ! Il faut dire qu’on est très bien situé, et qu’on s’y sent vraiment bien. Ajouter à cela un tarif compétitif à 4€ la nuit, ainsi qu’un patron (Dhana) vraiment adorable : c’est devenu notre petit cocon Népalais.

Le lendemain c’est vers le sud de Kathmandu que nous nous dirigeons à pied, afin de découvrir Patan (anciennement Lalitpur). Cette ville accolée à la capitale, comprend elle aussi sa place Durbar.

Plus que pour les temples, cette journée nous a une nouvelle fois permit de parcourir de nouveaux quartiers tous très différents. En effet, les 7 km qui nous séparent de notre destination nous ferons par exemple longer le fleuve, où se sont établit nombre de campement de fortune, ou encore découvrir les abords du Stade de la ville.

Trois jours de Randonnée dans la vallée

Le trek c’est toute une institution au Népal. Beaucoup de personnes s’y rendent uniquement pour ce motif. Nous étions également partit dans cette optique. Néanmoins faire un vrai trek type Annapurna, Everest, ou autres coûte cher (environs 50 dollars par jour et par personne). De plus Justine est toujours malade depuis le début du voyage : mal de gorge, quinte de toux et extinction de voix. On s’est donc dit que monter trop en altitude n’allait pas l’arranger.

Nous avions néanmoins envie de marcher plusieurs jours, de voir de beaux paysages et surtout de partir à la rencontre des villages de la vallée.

Notre hôtel nous a mis en relation avec un guide local : Sujan, qui va nous accompagner pendant ces trois jours.

Etape 1 : Sundarijal à Chisapani (12km : +1100m /-300m en 4h30)

Nous arrivons au village de Sundarijal le premier jour vers 9H45. Nous entamons une longue montée à travers différents hameaux. Le sentier est principalement composé d‘escaliers bien raides !

On discute beaucoup avec notre guide : c’est un jeune de 26ans déjà bien expérimenté, avec qui on s’entend immédiatement bien. Il nous explique beaucoup de choses sur la vallée, et ira même jusqu’à nous montrer les plans de marijuana sur le chemin.^^

Nous arrivons en début d’après midi vers notre premier objectif : Chisapani ! Ce village situé à 2200 m d’altitude, offre normalement une magnifique vue sur la chaine de l’Himalaya. Manque de chance pour nous, le ciel est très couvert, nous ne verrons donc pas grand chose. Le village a été gravement touché par le tremblement de terre : on se croirait en zone de guerre.

Nous sommes logés dans une petite guesthouse du coin, très rustique, qui propose des petits « bungalows ». La température commence sérieusement à baisser. Nous n’avons prévu que des polaires, qui s’avèrent très justes au vue du refroidissement ambiant ! Nous passerons la soirée dans la pièce commune, chauffée par la cuisine au feu de bois. On se croirait revenu au début du siècle dernier, tout le village rassemblé dans une même pièce une fois le soir venu. Nous faisons la connaissance d’un couple de suisse, et nous retrouvons Cherif : un Marseillais d’origine Lorraine que nous avions rencontré à notre arrivée à Kathmandu.

DSCN0264

On déguste un bon Dal bhat, avec du thé bien chaud !

Après une bonne douche froide, et après avoir tué un mille patte géant dans notre chambre, nous serons au lit à 20H30. Et oui quand il fait nuit, les montagnards Népalais se couchent tôt !

A 6H00 le lendemain, on se réveille dans la brûme. Il fait toujours aussi froid. On décide de reprendre la route accompagnés de Cherif et son guide (Denish). 

Etape 2 : De Chisapani à Nargarkot (18km : 7h de marche)

Le temps se dégage petit à petit et la chaleur revient. La randonnée aujourd’hui est plus simple : beaucoup de plat, un peu de descente avant une remontée finale assez raide de 30 minutes.

On profite des paysages de rizières, et on observe la vie tranquille des villages. Les enfants qui vont à l’école en uniformes, les femmes qui lavent leur linge à la source, ou qui récoltent les légumes au jardin. On croise des jeunes filles, qui veulent absolument être prises en photos avec le groupe.

Le midi, nous faisons halte dans un petit restaurant de village tenu par un grand-père fort sympathique. On mangera une fois encore le Dal Bhat, resservi de nombreuses fois par le vieillard apportant ses casseroles à table. La pause sera longue tant nous apprécions le lieu.

Arrivés à Nagarkot nous prenons quartier dans notre hôtel, et improvisons un apéro sur la terrasse d’une des chambres. On achète un vin Népalais accompagné de chips locales (bien épicées) et on trinque tous les cinq! Nous passons encore une excellente soirée.

Etape 3 : De Nargarkot à Changunarayan (normalement 4h de marche)

Le matin du troisième jour nous sommes encore réveillés tôt, mais cette fois-ci par le tonnerre et la pluie !

Nous prenons le petit déjeuner en espérant une amélioration, malheureusement cela empire. Pas de soucis, Dhana (le responsable de notre hôtel à Kathmandu), nous envoie une voiture pour nous acheminer à Changunarayan (où nous devions visiter un temple). Notre petite équipe est restée au chaud, en buvant du café, c’est à cette occasion que nous avons appris l’élection de la première femme présidente du Népal :Bidhya Devi Bhandari. Notre voiture arrivera finalement à 10H30.

Après avoir visité la cité, et pris notre repas de midi, nous rentrons à Kathmandu.

Les militaires et la police sont partout aux abords des stations essences pour éviter la cohue. En effet, la situation reste très compliquée malgré un accord historique avec la Chine. Les files de voiture sont impressionnantes.

Notre séjour au Népal est sur le point de se finir, le temps de faire notre lessive à Kathmandu et de remettre en ordre nos affaires nous allons poursuivre notre route vers la Chine.

  À suivre…

 Si tu as aimé cet article, n’hésites pas à le partager   :mrgreen:

En bonus: Notre chambre à Bhaktapur! No comment 😉

DSCF9357

 

 

 

 

Share Button

Related posts:

8 Des réflexions sur “La vallée de Kathmandu : Partie 2

  1. Bjr Justine et Hugues…
    Il est effectivement des lieux où on aime rester, flâner, rêver et dilater le temps, tant on s’y sent bien …
    En voyant la bonne tête de ce grand père, cette accueillante « mezzanine » dominant ce chemin ensoleillé et la table mise…je pense qu’on aurait, comme vous, aimé freiner les montres…Ô temps suspend ton vol !….

    • Merci pour le message! Effectivement ce lieu était magique. Le grand père (qui est aux fourneaux!) et qui vient avec chaque casserole nous proposer d’en reprendre. Il ne parlait que Népalais, mais les sourires sont parfois la meilleure des communications!

    • Merci Val! 🙂 c’est vrai qu’on s’est bien pris au jeu de l’écriture, et que ça nous permet de retracer tout notre parcourt! gros bisous, j’espère que tout va bien pour toi!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*