Arequipa et le Canyon de Colca

ArequipaOLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’est à 23h00 que nous posons le pied à Arequipa, après 10 heures de bus.

Chercher un hostal se révèlera plus difficile étant donné l’heure tardive. Finalement, nous poserons nos affaires au « Home sweet home » que Hugues avait repéré dans l’une des rues. (N’oubliez pas de retrouver nos bons plans dans la rubrique « Auto-roots info »)OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’hostal est super, le personnel sympa et le petit-déjeuner s’avèrera être très copieux. De plus, la gardienne de ce lieu s’avère être une magnifique Sharpeï nommée Negra : autant dire qu’on était sous le charme, celle-ci nous rappelant notre Freya13720533_10209659427740935_392849263_o

La ville est située à 2300 mètres d’altitude entre Volcans et Pampa. Son Climat est très chaud en journée, on a donc pu remettre les shorts et débardeurs !

Autant dire que ça nous fait du bien de redescendre un peu, on se sent plus dynamique lorsque l’on respire… sauf Justine :

Après nous avoir fait une belle frayeur en Bolivie, elle tente une récidive au Pérou ! Cette fois-ci, plus le choix : nous partirons donc à l’hôpital du coin pour identifier une vilaine turista. L’expérience hôpital public s’avèrera très pittoresque, puisque Justine se retrouvera dans la salle de consultation des « femmes ». Elle n’y sera pas seule puisqu’ici on rentabilise à fond ! Trois patientes en même temps, pas d’auscultation, une ordonnance sur un morceau de feuille déchirée… On se demande si ce sera accepté à la pharmacie! Et bien oui, personne ne sourcillera devant le papier qui aurait pu très bien être rédigé par le clodo du coin…

Les jours qui suivent, on ne fera pas grand chose, le temps que la santé de Justine s’améliore. Hugues se découvrira tout de même une nouvelle passion pour l’Inca Kola ! Le coca-cola du Pérou qui ressemble à un genre de Red Bull.OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une fois remise sur pied, nous partirons explorer la ville et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il est difficile de s’ennuyer dans celle-ci tant elle est dynamique et pleine de coins sympas.

previous arrow
next arrow
Slider

Encore une fois, le Colonialisme Espagnol a laissé sa trace, les bâtiments sont très nombreux et remarquablement bien conservés.

Sa Plaza del Armas fait face à une magnifique et très grande Cathédrale, elle-même entourée de jolies arcades.OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Alors qu’avons nous finalement fait en plus de ses balades dans la ville ?

  • Le Musée Santuarios Andinos : c’est un condensé de l’histoire pré-colombienne de la région. Et oui : avant les colons, c’était les Incas qui peuplaient ces terres et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils n’ont pas été avares de traces de leur passage : des tissus, des poteries, des bijoux… et des momies ! C’est d’ailleurs dans ce musée que nous avons fait la connaissance de Juanita alias « La fille qui vient du ciel ». Il s’agit d’une jeune fille de 13 ans qui a été sacrifiée aux dieux Incas représentés par les montagnes. C’est en haut du Volcan Ampato qu’elle a été retrouvée, elle avait été sacrifiée pour calmer les éruptions du volcan.juanita

L’entrée est à 20 soles, mais, avec une carte étudiant (ou une carte qui a votre photo : vitale, plongée, etc.) elle passe à 10 soles.

  • Le Monasterio de Santa Catalina : C’est une ville dans la ville ! Il a été fondé à l’arrivée des 1ers espagnols. Les familles y envoyaient généralement leur 2ème fille (la première étant à marier), et fournissaient une dote plus ou moins conséquente selon leurs origines sociales. On peut donc y voir de magnifiques et volumineuses chambres et également des chambres de bonnes voire des dortoirs. Il s’agissait pour les sœurs d’une véritable prison dorée : plus aucun contact physique avec leur famille, le parloir ressemble à une prison. Il y a même un mécanisme de tourniquet qui permet de donner des choses à la sœur de l’autre coté. L’une des Sœurs qui y a vécu se nommait Ana de Los Angeles Monteagudo, elle aurait été à l’origine de nombreux miracles dans le couvent et a été béatifiée par Jean-Paul 2 en 1985.

Le tarif est de 40 soles/pers, c’est un incontournable de la ville selon nous ! Il s’agirait du plus grand couvent au monde !

previous arrow
next arrow
Slider

Ratatouille : C’est le nom d’un restaurant Franco-Péruvien qui propose du semi-gastronomique à des prix imbattables. Les plats sont raffinés et très bien dressés… On y est retournés 3 fois c’est pour dire ! (8 soles le menu du midi)

previous arrow
next arrow
Slider

Le Marché central : Incontournable encore une fois ! Des étals pour les fruits, les légumes, les fromages, les fleurs, les chapeaux, le bric-à-brac, etc. On adore passer du temps dans ce type de marché ! OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après ces 1ères découvertes au Pérou nous reprenons la route direction Cabanaconde, celle-ci abrite le…

Le Canyon de ColcaOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Celui-ci est situé au Nord d ‘Arequipa et est le deuxième canyon le plus profond au monde (3400m). De  nombreux treks sont possibles dans la région, c’est pourquoi nous sommes venus ici !

Après 6 heures de bus, nous arrivons à proximité de Cabanaconde et c’est là qu’un vendeur de tickets s’invite dans la partie ! L’entrée au canyon coûterait 70 soles/pers (soit environs 20€). Le problème, c’est qu’encore une fois, il n’y a rien de réellement officiel… Le côté « on taxe les gringos pour tout et rien » nous agace un peu. On décide donc de tenter d’esquiver la taxe.

Donia ne se sent pas très bien. On explique donc au pseudo vendeur que l’on pense reprendre la route dès le lendemain pour Arequipa vu la santé de notre amie. Il nous dira simplement que si l’on change d’idée, il faudra acheter un billet et nous laisse partir.

Nous trouverons rapidement un hôtel et profiterons de la fin de la journée pour faire une pêche aux informations sur les activités qui nous intéressent.

Le lendemain Donia n’est toujours pas bien. Nous déciderons donc de décaler d’une journée le trek pour voir si cela s’améliore. Proche de Cabanaconde il y a un mirador naturel appelé « Cruz del Condor ». Ici on peut observer les rapaces en grand nombre, David étant passionné de photos, on décide d’y partir tous les trois.

C’est le matin entre 8 heures et 10 heures que les Condors font leur show paraît-il. On tentera sans succès de prendre un bus ou de faire du stop pour y parvenir. Il parait difficile de sortir des rails dans ce village…

Le midi, nous tomberons sur le restaurant « La Rustica » (que l’on conseille au passage). Le restaurateur nous donnera pleins d’informations très utiles, y compris sur le fait que les Condors sont aussi visibles l’après-midi et qu’il y a beaucoup moins de touristes. Les cars des tours organisés sont en effet présents en nombre le matin.

Nous décidons donc de refaire un 2ème essai dans l’après-midi, on monte dans le bus de 13 heures (qui part à Arequipa) et sommes déposés à 13h30 sur le site. Effectivement il n’y a pas foule… et pas de contrôleur de billets !

On prend donc place à l’observatoire et scrutons le canyon à la recherche de l’oiseau rare ! Ce sera David qui en repèrera un en 1er. Perché sur sa falaise, il est majestueux… et extrêmement stoïque ! La tête bouge de temps à autre, sûrement à la recherche de ses congénères.

C’est finalement à 15 heures qu’il prendra son envol. Il joue avec les courants d’airs chauds et prend rapidement de l’altitude. Dans les minutes qui suivent, nous voyons arriver une dizaine de Condors qui se joindront à lui pour notre plus grand plaisir.

previous arrow
next arrow
Slider

Nous rentrerons finalement à 17 heures à l’hostal grâce à un couple Castillan en vacances qui disposait d’une voiture.

Le soir, nous préparons nos affaires pour notre trek dans le Canyon de 3 jours et 2 nuits. Donia s’est bien reposée et se sent prête à randonner !

Voici l’itinéraire prévu :http--www.letempsdunvoyage.fr-joomla-images-stories-illustrations-_Itineraire-pe_carte_canyon_colca
Jour 1 : De Cabanaconde à Llahuar

Nous prenons la route vers 8h30 car cela nous permet d’éviter les vendeurs de billets partis contrôler les autres touristes sur le site des Condors.

On longe le village et entamons notre descente dans le canyon. Le moins que l’on puisse dire, c’est vraiment que cette journée est placée sous le signe du dénivelé négatif. En effet, nous passerons de 3280 mètres à 2095 mètres.

La descente est raide et s’effectue sous un soleil de plomb. Nous abandonnerons l’idée de pique-niquer en chemin, les nids de guêpes étant bien trop présents dans la zone.

previous arrow
next arrow
Slider

Arrivés vers la fin du parcours nous attend un pont qui a « prit cher » ! En effet, les travaux de nivellement effectués un peu plus haut ont fait tomber un rocher qui l’a énormément endommagé, le faisant ressembler à un niveau de Tomb raider !OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une bonne surprise nous attend à notre arrivée au Llahuar Lodge :

L’établissement dispose de plusieurs bassins… d’ eaux thermales ! Deux d’entre-eux sont à 40° qui plus est !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après une bonne baignade et une douche bien fraîche, nous remonterons dans la salle de restaurant. Nous y retrouvons David, parti traquer un Zorro (un petit renard sud-américain). Il reviendra avec de superbes photos de l’animal. Retrouvez ses photos sur le site 500px  : ICI.

Jour 2 : De Llahuar à l’Oasis de Sangalle

Le réveil est assez matinal (6 heures) car nous comptons profiter de la fraîcheur pour commencer les 700 mètres de dénivelé positif qui nous attendent.

La partie avec le pont cassé n’est plus accessible car les ouvriers on laissé un autre rocher en équilibre dans la côte le précédant. L’une des employées de l’hostal nous montrera donc un nouveau chemin pour commencer… il aura le mérite de bien nous chauffer les muscles pour la suite !

Nous arrivons à notre point le plus haut à 11 heures, prenons une petite collation et commençons notre descente jusqu’à l’oasis 600 mètres plus bas.

Justine commence à vraiment avoir mal aux pieds, ses orteils tapent contre le devant de ses chaussures et ses ongles commencent à prendre une teinte rouge vif !

On tentera donc un raccourci… qui fût catastrophique : le chemin est escarpé au possible et les cactus omniprésents sur le parcours.

previous arrow
next arrow
Slider

Nous arriverons à l’Oasis en début d’après-midi, et après avoir négocier sévèrement notre chambre, nous pourrons nous délasser dans la jolie piscine ! Etant en haute saison, nous aurons la malchance de tomber sur des grands groupes de touristes qui gâcheront par la suite un peu la quiétude du lieu !

À savoir que de nombreux villages du canyon ne sont pas accessibles par la route : ils sont donc toujours approvisionnés par mules ! Les tarifs s’en ressentent donc forcément en ce qui concerne les boissons et les repas (ex : 10 soles la bouteille d’eau, habituellement 4 fois moins chère).

Jour 3 : De l’Oasis de Sangalle à Cabanaconde

Comme vous vous en doutez, aujourd’hui on remonte et pas qu’un peu : 1200 mètres plus haut !

Le réveil sonne à 4h45 pour commencer notre ascension avant l’arrivée du soleil. Nous ne partirons néanmoins réellement qu’à 6h, car le patron de l’établissement nous a fait trainer avec notre eau chaude ! (oui encore une histoire d’eau chaude 😉 )

La montée se révèlera être finalement moins compliquée que ce que l’on pensait. Elle est égale sur quasiment tout le parcours, le sol n’est pas trop glissant et nous profiterons de nombreux points d’ombres. En un peu plus de trois heures, nous sommes en haut. Nous avons pris notre temps et cela s’est plutôt bien passé ! Nous serons doublés par des mules remontant les touristes n’ayant pas eu le courage d’entreprendre l’ascension.

previous arrow
next arrow
Slider

Nous nous attendions à être contrôlés en haut de la montagne pour les fameux tickets. Nous avions déjà préparé tout un speech expliquant que nous avions laissé les tickets au dernier hostal pensant qu’ils n’étaient plus nécessaire. Nous aurons la chance d’arriver juste après le départ du fameux contrôleur!

Nous finirons notre grimpette à 9h15. À notre arrivée dans le village, un panneau attire notre attention… des gâteaux !!

Il s’agit d’un hôtel-restaurant qui a ouvert récemment : La casa de Santiago, on nous propose un petit déjeuner buffet pour 10 soles par personnes… Autant dire que l’on a pas réfléchit longtemps !

Le buffet comprenait : jus de fruits frais, avocat, fromage, charcuterie, pain, beurre, marmelade, oeufs et boissons chaudes ! Après l’effort du matin, on s’est refait un sacré petit-déjeuner !

Nous reprenons un bus dans l’après-midi direction…

La suite au prochain épisode!!!

                             N’hésites pas à commenter notre article si tu l’as aimé  :mrgreen:OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Share Button

Related posts:

4 Des réflexions sur “Arequipa et le Canyon de Colca

  1. Toujours merci pour votre partage bien sympa…
    Bon courage et bonne santé aux filles qui semblent trinquer plus que les gars…
    C’est sûr que la descente est toujours plus difficile et longue que la montée et que les orteils qui buttent à l’avant de la chaussure sont d’une douleur exquise et répétitive… on compatit !
    Au fait les superbes photos de zorro de David … on peut pas les « vouar » ?..
    Bravo pour votre coté rebelle bien français qui doit faire marronner tous les vendeurs de tickets.
    Le pont qui a « prit cher » ….il est tombé pourquoi ?
    Amitiés à vous les jeunes et merci encore
    François Laubacher

    • Merci pour le commentaire François!
      Effectivement les filles trinquent plus que les gars (enfin pas en ce qui concerne la bière 😉 )
      Pour les Photos de David on va mettre un lien vers sa page, car c’est vrai qu’elles valent le coup d’oeil!
      Le pont a « prit cher » à cause de la construction d’une nouvelle route : ils déblayent les rochers avec un engin de chantier, et ceux-ci sont tombés sur le pont. Vraiment pas rassurant de traverser là dessus!
      Et oui on a fait nos bons rebelles! Il faut surtout dire qu’on est d’accord pour payer quand il s’agit de choses officielles, et qui participent à la préservation d’un endroit, ou à aider une collectivité par exemple. Là on se demande clairement si l’argent ne va pas directement dans la poche de deux-trois malins du village.
      Le bonjour à la famille!

    • Merci! C’est vrai que ce pays a beaucoup à offrir! Nous y resterons environ 1 mois et en partirons, nous en sommes sûrs, avec l’impression de n’avoir rien vu! À bientôt!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*